Nos actualités

[Interview] Comment faire face aux difficultés du télétravail ?

Commencer une mission en télétravail : un nouveau défi pour nos intérimaire
Les difficultés du télétravail en pratique – Gil Verstraete a mené toute sa carrière dans le secteur de l’Assurance et a été contacté début 2020 par Qualis Travail Temporaire pour un poste de Rédacteur Recours CRAC à pourvoir chez Allianz France. Le seul hic, c’est que la pandémie de Covid-19 battait déjà son plein et que Gil a dû commencer cette mission en télétravail.
Un début d’expérience 100% dématérialisé, tant auprès de nos équipes chez Qualis qu’avec le client, et qui n’a pas toujours été facile à gérer ! Gil revient dans cet article sur son expérience et nous livre ses conseils pour surmonter les difficultés du télétravail.

 

Télétravail au premier confinement : le trio infernal des intérimaires à la maison
« Lors du premier confinement, c’était la triple peine. Je combinais télétravail, école à la maison pour les enfants et début de mission. Inutile de vous dire que cela n’a pas été facile ! J’avais été contacté par l’équipe Qualis, avec qui j’ai exclusivement échangé de manière dématérialisée, et tout le processus de recrutement s’est également fait en distanciel. »
« Le télétravail a d’abord été une expérience très étrange pour moi. Je n’ai pas pu rencontrer l’équipe client dans son intégralité quand je suis arrivé, et j’ai dû m’adapter très vite dans un contexte un peu chaotique à la maison avec les enfants etc. » Un vrai défi, que nous avions pressenti dès le début de la pandémie chez Qualis.

 

Commencer une mission d’intérim en télétravail : 2 difficultés majeures à surmonter
En tant qu’intérimaire, et tout particulièrement en début de mission, la masse d’informations à traiter et à assimiler est conséquente. Or, ce processus peut être encore compliqué par le télétravail, comme nous le confirme Gil.

 

Les difficultés d’ordre technique
« Les outils informatiques et les logiciels à maîtriser sur mon nouveau poste sont relativement complexes. Ce sont des outils métier techniques, sur des thématiques pointues, et l’apprentissage de cet outil aurait certainement été plus facile en présentiel. Malgré cela, l’équipe a été très encourageante et aujourd’hui, je sollicite de moins en moins mes collègues avec mes questions. »
« Un autre point important avec le télétravail, c’est que l’on est souvent moins bien équipé à la maison qu’au bureau. Adieu les deux ou trois écrans, le fauteuil de bureau ergonomique et le bureau dédié ! »

 

La dimension humaine et collaborative
« C’est sans doute ce qui me manque le plus en télétravail : la possibilité de sortir de chez moi et les échanges avec les collègues. Le présentiel facilite grandement la collaboration, et en particulier les échanges informels, le « small talk » et l’entraide sur les questions métier. »
« Même si l’on constate que la productivité n’a pas baissé au sein de l’équipe en télétravail, le ressenti n’est pas le même. De nombreux collègues et moi-même sommes amenés à travailler plus longtemps pour obtenir le même résultat qu’en présentiel. Il y a plus de lassitude et de fatigue dans ce contexte de télétravail et de crise sanitaire. »
« C’est pourquoi je me rends tout de même un à deux jours par semaine dans les locaux quand je le peux. Cela me fait un bien fou de pouvoir échanger avec certains membres de l’équipe, tout en respectant les mesures sanitaires évidemment. Nous organisons par ailleurs un petit déjeuner virtuel une à deux fois par semaine pour converser avec les collègues, ce qui contribue à recréer du lien et à reformer cet esprit de collaboration. »

 

Les 3 conseils de Gil pour mieux vivre le télétravail au jour le jour
Conseil 1 : « Mon premier conseil serait d’optimiser votre poste de travail à la maison pour qu’il soit le plus confortable possible. J’ai personnellement investi dans un coussin ergonomique pour ne pas avoir mal au dos, ce qui est indispensable quand on passe toute la journée devant un écran ! »

Conseil 2 : « Ensuite, autant voir les bons côtés du télétravail et en profiter. Au cours du premier confinement, j’ai pu travailler dans mon jardin, au soleil, et profiter des beaux jours. »

Conseil 3 : « Enfin, mon dernier conseil serait de chercher à optimiser votre environnement de travail et à identifier les leviers qui boostent votre motivation. Moi, c’est la musique. Merci FIP ! Un peu de jazz, un peu de soleil (quand il y en a), et je peux travailler à distance plus sereinement. »